A votre service

starstarstarstarstar

Informatique, santé, éducation, droit, jardinage: tous les matins, Olivier Tonnelier vous apporte des conseils pratiques pour mieux vivre au quotidien. Une émission interactive. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l'émission au 04 72 38 20 23* par mail à avotreservice[at]rcf.fr et sur twitter @RCFService #RCFService Vous pouvez aussi adresser un mail en vous rendant dans la rubrique "Nous contacter". (*appel non surtaxé)

RSS Feed URL

A votre service navigateright Episode

Comment perpétuer le souvenir d'un proche?

Vendredi 1er novembre, c'est la fête de la Toussaint, suivie de la commémoration des fidèles défunts. L'occasion de se souvenir d'une façon particulière des proches disparus. Traditionnellement, on se rend au cimetière et on se recueille devant une sépulture. Une façon de se souvenir de ceux que l'on a aimés. Mais il existe de nombreuses façons de perpétuer leur mémoire et de la transmettre aux générations suivantes.    "La mort doit pouvoir devenir un objet de dialogue entre les parents et les enfants"   partager des souvenirs On peut ainsi créer en famille une composition florale à déposer sur la tombe avant de se rendre au cimetière, on peut prendre le temps de regarder des photos ou encore créer un arbre généalogique... Autant d'activités qui permettent à ceux qui ont des souvenirs de les partager, et aux autres, de poser des questions. Comme le dit Fanny Cohen Herlem, même si la fête d'Halloween ne correspond pas à notre culture ou notre croyance, "on peut en profiter pour revenir à des choses plus familiales". D'ailleurs, si le calendrier prévoit un jour pour le souvenir des défunts, tout au long de l'année on peut susciter les questions des plus jeunes sur leurs ancêtres ou sur la mort. "Ce qui est important, souligne la pédopsychiatre, c'est que ça soit fait de façon la plus naturelle possible et que ça soit pas triste, parce que je crois que ce qui est important de comprendre pour les enfants c'est que la mort c'est quand même quelque chose de très naturel finalement." Même si c'est évidemment très douloureux, la mort est "quelque chose qui, dans le cours de la vie, arrive".   comment en parler avec les enfants ? "La mort fait partie de la vie, elle rythme dans les familles le passage des générations, et selon sa nature et son origine - maladie, guerre, vieillesse, suicide - elle pèse différemment sur l'histoire de chacun", écrit Fanny Cohen Herlem dans "Devant la mort, comment répondre aux questions des enfants ?" (éd. Pascal). La façon d'en parler aux plus jeunes sera très différente si le deuil est immédiat ou ancien, ou s'il s'agit d'une mort accidentelle. De manière générale, la pédopsychiatre conseille de "dire les choses très simplement". Par exemple de dire "mort" au lieu de "décédé", car c'est un mot que les enfants comprennent. Rester factuel puis ouvrir sur quelque chose de positif : dire que Grand-Père est mort parce qu'il était âgé mais qu'il a vécu sa vie jusqu'au bout et que désormais il est au ciel - chacun, selon sa culture religieuse, pourra apporter l'explication qui lui semble la plus juste. "Ce qui est important de dire aux enfants c'est qu'on garde le souvenir en soi de la personne qui est morte, où qu'elle soit." Et ce qui est certain pour la spécialiste, c'est que "la mort doit pouvoir devenir un objet de dialogue entre les parents et les enfants".    Un outil pour transmettre la mémoire "Mon grand-père était quelqu'un très important pour moi et je me suis rendu compte, quand il nous a quittés, qu'il y avait beaucoup de choses que je ne savais pas sur lui." Et en constatant que plusieurs persones autour de lui étaient dans la même situation, Thomas Delage a imaginé une solution "facile et abordable pour permettre aux familles de passer des bons moments ensemble et de préserver et transmettre leur histoire".  Thomas Delage a donc créé Entoureo, avec Kevin Lamberton. Les personnes qui s'inscrivent reçoivent un coffret contenant un microphone cravate et un guide d'entretien, qui donne à l'interlocuteur des idées de questions à poser. En partageant des anecdotes, la personne "interrogée" en dit long parfois sur ce qu'était son enfance, son adolescence, etc. Entoureo incite à passer des moments en famille : la conversation est enregistrée puis retranscrite à l'écrit pour produire "un objet à transmettre et diffuser dans la famille pour valoriser l'histoire de nos aînés".